Translate

26/10/13

Prix Fondation d'entreprise Ricard à Lili Reynaud Dewar




Le 15e Prix Fondation d'entreprise Ricard est attribué à Lili Reynaud Dewar.

Ce Prix, décerné par un jury de collectionneurs et de professionnels de l'art, consiste en l'acquisition d'une oeuvre du lauréat, laquelle est offerte au Centre Pompidou et exposée dans ses collections permanentes l'année suivante.




Le Prix a été décerné dans le cadre de La vie matérielle, une exposition conçue par Yann Chateigné, qui réunit 8 artistes de la jeune scène contemporaine :  




Stéphane Barbier Bouvet, Jonathan Binet, Alex Cecchetti, Caroline Mesquita, Lili Reynaud Dewar, Alexandre Singh, Benjamin Valenza.

Exposition jusqu'au 02 novembre 2013.



Entrée libre du mardi au samedi de 11h à 19h




Visites commentées chaque mercredi à 12h30 et samedi à 12h30 et 16h - entrée libre. 



À l’origine de La vie matérielle, il y a le désir de concevoir une exposition plus physique, plus littérale et en un sens plus abstraite que ce que j’avais pu produire dernièrement. Un projet qui se fonde sur des gestes presque primaires, qui tendent vers un degré zéro, un langage restreint et engagé. Non pas penser avec des oeuvres finies mais à partir d’attitudes, avec un leitmotiv, celui d’une exposition sans sujet ni objet : que ces gestes entretiennent une relation matérielle avec l’environnement, qu’ils agissent sur le contexte, aient une capacité de transformation (apparitions, déplacements, découpes…).
L’exposition est une sorte de mécanique vivante. Les formes y ont une vie propre. Elles renvoient à autant d’actions absentes (passées, présentes ou à venir). Il y aurait quelque chose du théâtre dans ce projet, d’une chorégraphie invisible, non pas nécessairement en tant que représentation, mais en tant que manière de voir les choses. La vie matérielle serait dès lors telle une scène vide, un espace possible ou l’économie – au sens d’administration du foyer, de production, de pauvreté – régit une relation désaccordée entre les corps.
Une vie matérielle habite ce projet, dont le titre vient d’un livre de Marguerite Duras, qui aurait eu cent ans l’an prochain. Un ouvrage qui traite, au travers de cette forme blanche, neutre et instinctive, de la maison, de l’ordre et du sexe, des rapports sociaux, de l’écriture et d’un monde altéré. Car ici, bien que de manière hermétique, tout est donné : la présence de ces formes, la dispersion et l’entropie ; la tension entre elles, l’irrelation, quelque chose comme un retour du retour du réel.
Le catalogue de l’exposition, conçu en en collaboration avec la revue franco-suisse Criticism, assemble une série de textes critiques et de biographies, ainsi qu’une documentation et une archive de l’exposition.

Le design graphique de La vie matérielle est conçu par Charles Mazé & Coline Sunier.





Artistes

Stéphane Barbier-Bouvet est né à Marseille en 1981. Il vit et travaille à Amsterdam et Bruxelles.
Jonathan Binet est né à Saint-Priest en 1984. Il vit et travaille à Paris.
Alex Cecchetti est né à Terni (Italie) en 1977. Il vit et travaille à Paris.
Caroline Mesquita est né à Brest en 1989. Elle vit et travaille à Paris.
Chloé Quenum est née Paris en 1983. Elle vit et travaille à Paris.
Lili Reynaud Dewar est née à La Rochelle en 1975. Elle vit et travaille entre Grenoble, Genève et Vienne.
Alexandre Singh est né à Bordeaux en 1980. Il vit et travaille à New York.
Benjamin Valenza est né à Marseille en 1980. Il vit et travaille entre Bordeaux et Bruxelles.

Nessun commento: